Sur Raoult

Eh oui, c’est encore moi, la « philosophe de mes deux », et je vais l’ouvrir. Parce que de toute façon, même quand des médecins vous le disent, ça n’est toujours pas audible. Et parce qu’en l’occurrence, il y a ici des enjeux qui, de l’aveu même du professeur Raoult, relèvent bel et bien aussi de la philosophie.

 « Raoult est un grand spécialiste ! Puisque son traitement marche, laissez-le faire ! On n’a pas le temps de faire des tests comme il faudrait, il fait ce qui est possible dans l’urgence ! Au pire, ça ne peut pas faire de mal ! », me dites-vous

Tout est faux dans cette déclaration. Tout.


D’abord, « c’est un grand spécialiste ! ». Ça ne veut rien dire. Spécialiste de quoi ? D’un virus nouveau, que personne ne connaît encore bien, et dont on découvre chaque jour de nouvelles facettes insoupçonnées (exemple : les liens observés entre covid-19 et le développement de syndromes inflammatoires chez les enfants, alors qu’on a asséné au début de l’épidémie que les enfants n’étaient pas touchés) ? Un virus qu’il a lui-même minimisé à plusieurs reprises, comme beaucoup d’autres, y compris au moment où tout prêtait à en prendre la mesure ? Raoult est un grand virologue, dont la contribution à son champ d’étude est indéniable et cruciale. Mais cela ne veut pas dire qu’il sait tout ni qu’il soigne tout, sauf bien sûr à en faire un gourou ou d’homme providentiel

Ensuite, « ça marche ». Faux. Aucune infection virale n’a jamais été traitée efficacement grâce à l’hydroxychloroquine. À l’heure actuelle, au vu des deux études que Raoult a produites + des autres qui continuent à sortir, rien ne permet de l’affirmer. D’une part, des médecins et statisticiens ont pointé les failles flagrantes de ses études, résumées ici : https://youtu.be/rP2PWgnGn24.

2 exemples : le choix d’utiliser comme critère d’efficacité la détection d’une PCR négative à un jour J est problématique, car chez un même patient atteint de covid-19, les résultats peuvent être positifs un jour puis négatifs le lendemain. Le cas s’est d’ailleurs présenté parmi les patients de Raoult. Autre problème : ils ont changé la durée de l’étude en cours de route, en passant de 14 à 6 jours, ce qui, en raison notamment de la variation de charge virale évoquée ci-dessus, pose question. Tout cela peut fausser les résultats

D’autre part, sa 2e étude, sans groupe contrôle, a simplement prouvé que les gens guérissaient au fil du temps, autrement dit pas grand-chose, puisque c’est déjà le cas de plus de 90% des malades non traités par hydroxychloroquine.

3e argument fallacieux : celui de l’urgence. Les défauts méthodologiques susmentionnés auraient pu être corrigés sans que cela prenne plus de temps. Pourquoi risquer de fausser les résultats sans raison ?

Enfin, le « au pire, ça ne peut pas faire de mal » : SI. 3 raisons :

1) Si le traitement est le bon, des études bâclées peuvent contrarier sa mise en place. Mal travailler fait perdre du temps, de l’argent et potentiellement des vies.  

2) La communication sensationnelle de Raoult (cf. sa vidéo « Covid-19 : Fin de partie », où il dit qu’avec les résultats spectaculaires de l’hydroxychloroquine, « les pharmaciens n’en auront bientôt plus ! ») contribue à générer une pénurie de la molécule pour les patients qui en ont besoin pour des maladies où ce traitement a prouvé ses vertus. 

3) Des études sortent actuellement qui tendent, sinon à réfuter, du moins à remettre en question l’efficacité de ce traitement. D’autres sont en cours. Faut-il les ignorer ?

4) Les effets secondaires non négligeables : le traitement à l’hydroxychloroquine est associé à des troubles cardiaques et neuropsychiatriques, entre autres. Sans compter les empoisonnements. Sans compter non plus les effets potentiels qu’on ignore encore. Cette molécule avait par exemple aggravé la maladie chez les patients atteints de Chikungunya auxquels on l’avait administrée.

Tout cela devrait appeler à la prudence.

J’insiste tout particulièrement sur les risques liés à l’emballement médiatique. On a la mémoire courte, comme l’a justement rappelé @Le__Doc ici : https://twitter.com/le___doc/status/1242571553025507329?s=21

En 1985, 3 médecins croient avoir découvert LE remède miracle contre le SIDA en administrant à 5 patients en secret de la cyclosporine, efficace pour éviter rejets de transplantations. Sans protocole. En loucedé, à l’insu de la communauté scientifique et même du ministère de la santé. Résultats sur deux patients sont incroyables, donc communiqué de presse dans la foulé, devant le monde entier. Course au traitement miracle avec les US. Les médias s’en emparent, font des titres sensationnels en mode « SIDA bataille gagnée ». Sauf que quelques jours plus tard, les 2 patients « soignés » meurent. A l’époque déjà, les médecins qui ont fait ce choix justifiaient le fait de passer au-dessus du protocole et de la méthodologie par l’urgence.

Bilan : non seulement Raoult est sorti de son rôle de médecin en bâclant sans raison ses études et en les communiquant n’importe comment (en violation de l’article 13 du Serment d’Hippocrate, dont il s’est pourtant réclamé), mais il trahit également l’esprit philosophique dont il s’est targué dans ses interventions, et qui consiste à savoir admettre qu’on ne sait pas ou du moins pas tout, au lieu de crier « fin de partie ! ». Si l’on fait preuve de prudence (et je n’appelle à rien d’autre), ce n’est pas par frilosité, mais par conscience de cette ignorance relative qu’on ne peut que combler avec le temps et le travail.

PS : quelques ressources philosophiques précieuses sur le sujet :

« Contre la méthode ? », par Cédric Paternotte

« Ressources philosophiques sur l’épidémie du covid-19 », par Juliette Ferry-Danini

« Petite introduction à l’éthique des essai clinique », par Juliette Ferry-Danini

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :